Les Peuples du Festival 2011

Troisième édition du Festival des Peuples Minoritaires

GALICIA

La Galice, qui se situe au Nord-Ouest de la péninsule ibérique, est divisée en quatre provinces : A Coruña, Lugo, Ourense et Pontevedra. Elle compte deux langues officielles : le castillan, langue officielle de l'Espagne, et le galicien, qui est propre à la région. De nos jours, la culture galicienne s'appuie sur des bases stables, grâce à une industrie culturelle en phase de consolidation et à un courant culturel dynamique. La culture orale est extrêmement riche : par le passé, elle a contribué à la sauvegarde du galicien et, aujourd'hui, elle préserve les traditions et les coutumes millénaires qui définissent un vaste patrimoine culturel immatériel, en grande partie commun au Portugal.

QUEBEC

Situé au Nord-Est du continent américain, le Québec est une province du Canada. La ville de Québec est sa capitale et Montréal sa métropole. Sur le plan linguistique, le Québec se distingue de ses voisins immédiats principalement par le fait que le français y est la seule langue officielle. En 1976, la Charte de la langue française est adoptée afin de faire du français la langue commune et officielle du Québec mais depuis lors, son application s'est affaiblie sous l'effet de modifications constitutionnelles et l'influence des groupes de pression anglophones. Le développement économique et culturel récent du Québec a été fulgurant grâce, notamment, au talent, à la créativité et à l'unicité de la société québécoise.

SARDAIGNE

La Sardaigne est une île située au centre de la Méditerranée, où se croisent de nombreuses langues différentes. Mis à part le sarde, une des langues romanes les plus antiques et proches du latin, l'on y retrouve le catalan d'Alghero, le sassarais et le gallurais au Nord, et le tabarquin au Sud. Les langues sardes sont protégées par une loi régionale et ont encore une forte vitalité, qui s'exprime par les nombreuses publications parues ces dernières décennies mais aussi par les émissions radiophoniques et télévisées. La Sardaigne est une terre aux fortes traditions culturelles, qui s'expriment dans tous les aspects de la vie.

Annexes

  • Programme

    Version Française

    Document pdf (2 185 KByte)

  • Programme

    Version Italienne

    Document pdf (2 173 KByte)

La musique des Peuples

La recherche des racines des peuples est déterminante pour le panorama musical contemporain et international, qui propose au grand public les mélanges les plus hétérogènes de formations instrumentales, de voix, de genres et de sonorités. Cette réélaboration n'aurait pu exister et parvenir au succès international sans les spécificités, les apports et les messages poétiques des peuples du monde, représentation du particularisme sonore de chaque manifestation populaire.

Les concerts des groupes sardes, galiciens et québécois seront présentés en collaboration avec des artistes valdôtains et, notamment, Maura Susanna, Luis de Jyaryot et L'Orage qui proposent la chanson en franco-provençal, ainsi que les jeunes musiciens du Chemin de fer, qui ont approfondi le répertoire instrumental de notre tradition musicale.

La renommée internationale des hôtes du Festival est évidente et très représentative de la culture de chaque peuple: les Sardes de Tazenda ont créé un son sonore unique. Carlos Nuñez est le « nouveau roi » de la musique celte de Galice. Du Québec, La Bottine Souriante soulève l'enthousiasme dans le milieu du world beat en s'inspirant de la tradition populaire. Leur participation au Festival des peuples minoritaires démontre bien que la musique est un puissant facteur d'unité, de cohésion et un formidable instrument de paix, à même de transformer les différences en de véritables ressources, sans limites ni frontières.

JEUDI 8 SEPTEMBRE
Théâtre romain - Aoste - 21h

Tazenda (Sardigna) en concert avec la participation du choeur Su Nugoresu (Sardigna) et de Maura Susanna (Vallée d'Aoste)

TAZENDA

Depuis la formation du groupe Tazenda, en 1988, le public et les médias ont remarqué la musique de ce groupe, mélange inimitable issu de l'union de la culture et des sons de la Sardaigne avec la musique du monde. Les Tazenda ont su développer et renouveler ce « son » si particulier, au fil d'une carrière de plus de vingt ans, au cours de laquelle ils ont écrit de magnifiques chansons et collaboré avec des artistes d'envergure internationale.

Artistes :

  • Gigi Camedda : claviers et voix
  • Gino Marielli, Beppe Dettori : guitare et voix
  • Massimo Cossu : guitare et direction
  • Marco Camedda : claviers
  • Marco Garau : batterie
  • Massimo Canu: basse

SU NUGORESU

Le choeur sarde Su Nugoresuest un ensemble vocal masculin, qui se caractérise par un répertoire axé sur la tradition populaire sarde de source orale et sur le style de chant archaïque « a Tenore », aussi bien que sur la proposition de nouvelles mélodies.

Artistes : 

  • Sandro Pisano : direction
  • Giuseppe Ghironi : maître des danses

MAURA SUSANNA

Maura Susanna est considérée comme la voix de l'âme populaire valdôtaine. Chanteuse de vocation, elle écrit en italien et en francoprovençal, sa langue du coeur. Sa recherche musicale, qui privilégie le genre folk, est liée à la redécouverte des traditions culturelles. L'engagement social est le fil rouge qui caractérise sa production artistique.

Artistes :

  • Maura Susanna : voix et guitare
  • Marco Brunet : guitare
  • Andrea Dugros : piano
  • Rémy Boniface : violon et accordéon
  • Luis de Jyaryot : voix

avec la participation de Elvira Doppiu

VENDREDI 9 SEPTEMBRE
Théâtre romain - Aoste - 21h
CARLOS NUÑEZ (Galicia) en concert
avec la participation de la Banda de Gaitas Xarabal (Galicia) et de Luis de jyaryot avec L'Orage (Vallée d'Aoste)

CARLOS NUNEZ

Carlos Nuñez est connu dans le monde entier pour son charisme et ses spectacles entraînants parce que, comme il l'explique lui-même : « En Galice, nous jouons de la musique celtique, comme les Irlandais, les Écossais et les Bretons, mais nous y ajoutons la passion et le tempérament espagnol, qui sont notre signe distinctif». Mais le grand succès de Carlos Nuñez et de sa musique est indissociable de son profond attachement à ses origines culturelles. Enclave celtique située à l'extrême Nord de la péninsule ibérique, la Galice est marquée par son rapport avec la mer, un élément fondamental que l'on retrouve dans la musique traditionnelle, illustrée à cette occasion par les gaitas du groupe Xarabal. Le vrai but du projet musical de Carlos Nuñez est le voyage sur les traces de ses prédécesseurs, qui quittèrent autrefois la Galice, pour redécouvrir et donner une nouvelle vie à la musique folk de leur pays.

Artistes :

  • Fiona Johnson : violon
  • Pancho Alvarez : bouzouki
  • Xurxo Nuñez : percussions
  • Carlos Nuñez : gaitas et flûtes

BANDA DE GAITAS XARABAL

Le groupe Xarabal naît à Vigo en septembre 1984, en tant qu'activité extrascolaire de l'école d'instruments populaires galiciens Obradoiro (gaïta et percussions), ayant pour objectif d'accueillir les musiciens intéressés à la musique et à la culture galicienne. Le choix du nom « Xarabal » n'est pas dû au hasard : cela signifie « meute de poissonsunis face au danger » et se rapporte à la situation difficile vécue par la musique populaire en Espagne. Aujourd'hui, le groupe a su capitaliser sur cette expérience et s'oriente toujours vers de nouveaux horizons, pour soutenir la vitalité de la musique galicienne.

LUIS DE JYARYOT E L'ORAGE

Luis de Jyaryot est une personnalité de premier plan de la scène musicale valdôtaine. Son but est de démontrer qu'on peut parler en valdôtain de sujets comme l'amour, la société, l'amitié, la terre natale et les gens d'hier. À cette occasion, il sera accompagné de L'Orage, groupe folk-rock valdôtain et de Giorgio Negro, au piano.

Artistes :

  • Luis de Jyaryot : voix
  • Maura Susanna : voix

L'Orage :

  • Alberto Visconti : voix, guitare
  • Rémy Boniface : violon, accordéon, vielle à roue, voix
  • Matteo Crestani : guitare acoustique, guitare électrique
  • Florian Bua : batterie
  • Riky Murray (Amish Mac Tavish) : percussions
  • Stefano Trieste : basse
  • Giorgio Negro : piano

SAMEDI 10 SEPTEMBRE
Théâtre romain - Aoste - 21h
La Bottine Souriante (Québec) en concert
avec la participation de Chemin de Fer (Vallée d'Aoste)

LA BOTTINE SOURIANTE

Le groupe La Bottine Souriante, qui a fait son apparition sur la scène musicale du Québec en 1976, est devenu une légende vivante de la musique des origines de l'Amérique francophone. Après avoir joué le répertoire traditionnel pendant plusieurs années, le groupe a réalisé l'album Je voudrais changer d'chapeau, une première expérimentation de fusion musicale. L'ajout, en 1991, d'une section de cuivres a contribué à la création d'un style musical extrêmement personnel puisque, en hommage à la tradition, le groupe mêle avec succès à ses mélodies une touche de jazz, de salsa et de folk pur, un mélange réussi qui vaut à La Bottine Souriante de continuer à symboliser parfaitement la vitalité et l'orgueil de sa culture mère.

Artistes : 

  • Éric Beaudry : voix, podorythmie, guitare, mandoline, bouzouki
  • Pierre Belisle : claviers, accordéon, trompatte, percussions
  • David Boulanger : voix, violon, guitare, percussions, podorythmie
  • Benoît Bourque : voix, accordéon, harmonica, podorythmie
  • Robert Ellis : trombone basse, percussions, voix
  • Jean Frechette : clarinette, saxophone, flûtes, percussions, voix
  • Jocelyn Lapointe : voix, trompette
  • François Marion : contrebasse, basse, voix
  • André Verreault : voix, trombone
  • Sandy Silva : danse percussive

CHEMIN DE FER

Accordéon, violon et vielle à roue : c'est cette association d'instruments particuliers qui caractérise la musicalité traditionnelle du groupe Chemin de fer. Le répertoire de ce trio comprend aussi bien des mélodies traditionnelles que de nouvelles compositions, souvent écrites par les musiciens eux-mêmes. Leur répertoire de bal folk embrasse les danses valdôtaines, occitanes, piémontaises et françaises.

Artistes :

  • Rémy Boniface : violon, accordéon
  • Fernando Raimondo : vielle à roue
  • Mathieu Aymonod : accordéon

Le Collège d'Etudes Fédéralistes

Pendant les journées du 8 et du 9 septembre, le Festival des peuples minoritaires se doublera des rendez-vous du Collège d'études fédéralistes, qui se déroulera au pensionnat F. Chabod.

Né quand l'Union Européenne n'était encore qu'une idée, ce projet accueillit pendant des années de nombreux experts venus du monde entier pour discuter et évaluer les doctrines politiques qui auraient pu contribuer à la naissance d'une Union Européenne respectueuse des autonomies locales

et des minorités ethniques et linguistiques. Après une suspension de quelques années, le Collège a été reproposé en 2009 et veut maintenant, d'une part, offrir une occasion de réflexion sur les mécanismes de représentation qui devraient garantir le respect des droits des minorités et conférer une réelle autonomie aux collectivités locales et, d'autre part, souligner les raisons profondes qui inspirèrent les promoteurs de l'Union Européenne à la fin de la deuxième guerre mondiale.

JEUDI 8 et VENDREDI 9 SEPTEMBRE
Salle des conférences du pensionnat F. Chabod - Aoste
9h30 - 13h30

Quel avenir pour les minorités linguistiques ? Contexte juridique et volonté politique

Titulaire du cours : Nicolas Schmitt de l'Institut du Fédéralisme de l'Université de Fribourg

Les Forums des peuples

« Les racines et les raisons des peuples minoritaires »

On ne s'improvise pas minorité linguistique territoriale. Quand au sein d'un état, des communautés entières ne partagent pas la langue majoritaire, cela s'explique par l'histoire et par les racines de celles-ci. Il faut remonter à l'origine même des états modernes et aller voir ce qui s'y passait avant. L'histoire est donc la discipline la plus indiquée pour remonter à la source de cette prétendue anomalie linguistique, pour explorer les racines des peuples minoritaires, pour interpréter le contexte dans lequel ils se trouvent actuellement, pour comprendre la réalité contemporaine et pour que chaque peuple puisse prendre conscience de son particularisme. Comme chaque année, le Festival des peuples minoritaires propose - avant les soirées - un moment consacré aux forums : ce sont là d'importantes occasions de débat et de réflexion, auxquelles participent les représentants des différentes minorités. Cette année, des spécialistes, des politiciens, destechniciens et des scientifiques aborderont le thème « Les racines et les raisons des peuples minoritaires ».

VENDREDI 9 SEPTEMBRE
18h Salon des manifestations du Palais régional - Aoste

« Les racines et les raisons des peuples minoritaires. Le point de vue technique »

Modérateur :
Saverio FA VRE
Dirigeant de l'Assessorat de l'éducation et de la culture de la Région autonome Vallée d'Aoste

Participants :

  • Alexis BéTEMPS Ethnologue
  • Mario BEAU LIEU Président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal
  • Gérald PAQUIN Expert de la question linguistique du Québec
  • Manuel GONZÁLEZ GONZÁLEZ Membre de la Real Academia Galega Coordinateur du Centre Ramón Piñero pour la recherche humaniste
  • Antón SANTAMARINA FERNÁNDEZ Professeur de Philologie romane à l'Université de Saint-Jacques de Compostelle
  • Giuseppe CORONGIU Dirigeant du Service de la langue et de la culture sarde de la Région autonome de Sardaigne
  • Cristiano BECCIU Fonctionnaire du Service de la langue et de la culture sarde de la Région autonome de Sardaigne

SAMEDI 10 SEPTEMBRE
18h Salon des manifestations du Palais régional - Aoste

« Les racines et les raisons des peuples minoritaires. Le point de vue politique. »

Modérateur :
Laurent VIÉRIN
Assesseur à l'éducation et à la culture de la Région autonome Vallée d'Aoste

Participants :

  • Augusto ROLLANDIN Président de la Région autonome Vallée d'Aoste
  • Luciano CAVERI Conseiller régional de la Vallée d'Aoste, chef de la délégation italienne au Comité des Régions et membre de la Commission paritaire état-Région
  • Anxo M. Lorenzo SUÁREZ Secrétaire général de politique linguistique Département de l'éducation et de l'université du Gouvernement de Galice
  • Sergio MILIA Assesseur à l'instruction publique, aux biens culturels, à l'information, aux spectacles et aux sports de la Région autonome de Sardaigne
  • Franco PANIZZA Assesseur à la culture, aux rapports européens et à la coopération de la Province autonome de Trente

Annexes

Les Stands

Pendant le Festival, afin de connaître et de promouvoir l'identité et la culture des peuples frères, un espace important sera réservé aux différentes communautés dont les stands d'exposition seront placés précisément sous les arcades qui longent la place Chanoux, au coeur de la ville d'Aoste.

Chaque minorité pourra ainsi exposer du matériel informatif mais aussi présenter les activités réalisées et les projets visant à valoriser et préserver sa propre réalité linguistique, culturelle et géographique. L'objectif étant de tisser un réseau de contacts qui aille au-delà de l'aspect institutionnel, pour s'étendre aux associations et aux centres culturels des différentes minorités, les stands offriront donc une autre possibilité d'échange et de dialogue entre groupes sensibles et actifs dans la défense des minorités. Cette année, outre les invités du Québec, de la Galice et de la Sardaigne, le Festival accueillera les représentants des minorités de Valence, de la Bretagne, de la Haute-Savoie, du Valais, de la Corse, du Frioul, des minorités walser (Vallée d'Aoste, Alagna, Macugnana et Formazza), des minorités franco-provençales du Piémont, des Ladins, des Mochènes, des Occitans français et la Vallée d'Aoste.

Des visages et des mots III. Le Québec et les Québécois

Réalisé par Daniele Giometto

Après la présentation, lors des éditions précédentes du Festival, des deux premiers volets de la collection documentaire sur l'identité des peuples minoritaires du monde Des visages et des mots, réalisés par Joseph Péaquin et dédiés, le premier aux Valdôtains et le deuxième aux Bretons, pendant l'édition 2011 du Festival paraît le troisième volet de la série, à savoir Des visages et des mots III - Le Québec et les Québécois, réalisé par Daniele Giometto. Des artistes, des musiciens, des réalisateurs, des hommes politiques et des jeunes animent les entretiens et expliquent les problèmes du Québec, causés par les ingérences du gouvernement canadien. Les personnes interviewées mènent, dans la vie de tous les jours, ce combat pour la libération du Québec et, surtout, tentent de sauvegarder leur langue. Par ce film, le metteur en scène a voulu réaliser un portrait du Québec à travers le témoignage des Québécois. Il a analysé l'histoire et la particularité d'un peuple, mais surtout d'une culture qui risque de disparaître.

Annexes